Lipo en feu lors de la charge

Salut,

Au bout de 6.000 charges de lipo je pensais que la techno était safe et que l’on nous montait des films avec la dangerosité supposée de la technologie.

Une fois de plus j’avais tord.

Mais j’ai eu du pot, quand ma lipo a pris feu lors de la charge je me trouvais à côté. Je l’ai entendu grésiller, puis commencer à fumer copieusement, j’ai été surpris, puis pas très serein j’ai réussi à la débrancher du chargeur sans me brûler pour la balancer par la fenêtre.

J’étais tellement peu serein que j’ai laissé le caméscope en mise au point manuelle sur la 1ere moitié de la vidéo. 😦

J’imagine que le chargeur a merdé (la programmation était bonne par contre car balance 3S à 2A). La lipo était une Rhino 3S 2100 40C de 490 vols. Et lors du dernier vol j’étais descendu un peu en dessus des 11.10V mais pas de beaucoup et ce n’était pas la première fois.

Où j’ai du merder c’est que j’avais noté sur mon cahier que je l’avais descendue trop et que je devais la remonter pépère en storage. Et puis j’ai oublié de le faire, donc cela a du remonter n’importe comment et merder à l’équilibrage. C’est ce qui semble à postériori le plus logique. Bref, lors de décharge profonde ne jamais oublier de remonter pépère en storage pour rééquilibrer les cellules.

Je m’en sors bien car je ne suis pas souvent proche de mes lipos, qui se chargent sur mon bureau dans un bordel sans nom. Et si les lipos dégagent de la fumée sans flammes elles dégagent aussi suffisamment de chaleur pour déclencher un feu de proximité.

Bref, cela va m’amener à reprendre à zéro mon installation électrique pour essayer d’avoir un truc plus safe. Je vous conseille d’y songer vous aussi, car visiblement cela n’arrive pas qu’aux autres.

Publicités

Une vidéo très intéressante

Salut,

En glandant sur internet je suis tombé sur cette curiosité :

C’est super intéressant de voir comment fonctionne nos servos en vol et la qualité de la vidéo est très bonne.

Cela a été pris sur un 700, mais en toute logique cela doit être transposable sur n’importe quelle machine / taille (sauf qu’il vaut mieux avoir un 700 pour avoir la place d’installer la caméra).

Il est remarquable de voir que le travail de stabilisation du module est invisible à l’œil nu. Les mouvements du plateau restent extrêmement simples et sont branchés directement sur les doigts du pilote.

Le seul truc non totalement transposable est l’utilisation énorme du pas qui occupe tout le débattement du guide du cyclique. L’auteur de la vidéo est adepte des réglages extrêmes (+/- 17°).

Elle aurait été marrante cette vidéo avec une incrustation des G encaissés en temps réel. 🙂

Bonnes fêtes de fin d’année

Salut,

Amusez-vous bien pour les derniers jours de 2013.

Pour ma part, j’ai pas mal d’idées dans les tuyaux pour 2014.

Dont un essai qui m’excite beaucoup : le 3Gx.

Après avoir réalisé plus de 5.000 vols en MBeast sur mon 450 et mon 700, j’avais envie de tester le décrié module d’Align. Il prendra place sur mon fidèle 450Pro.

Le premier contact avec le 3Gx est très mitigé. Je trouve la doc totalement imbuvable, il va donc falloir que je fasse quelques efforts pour glaner des informations. 😉

Billet d’humeur

Salut,

Je pratique l’activité depuis maintenant un peu plus de 4 ans.

J’ai commencé par un Align 450 Pro qui vole toujours et approche de ses 5.000 vols et j’ai poursuivi au bout de 2 ans et demi avec un Align 700e V².

Depuis le départ, je me prends des quolibets car je vole Align, et pas Protos, Goblin, ou autre Mikado.

Au départ on m’a expliqué qu’Align c’était du cheap, de la traban, que cela volait mal, que c’était fragile, bref que c’était de la merde à louseur pour faire dans le résumé.

Bien sûr je suis assez grand pour savoir quand on me dit des conneries et cela n’a pas interféré avec mes choix. Mais à force un agacement transparaissait et j’ai à l’occasion sorti les mêmes conneries pour les autres marques plus coûteuses. Par énervement,  c’était bien sûr tout aussi crétin.

Mon agacement est compréhensible comme beaucoup de personnes j’aime voler avec mes machines, et donc j’aime mes machines. Alors 10x, 100x, 1.000x essuyer des quolibets avec des angles d’attaque légèrement différents cela use.

On va me dire que c’est pour me taquiner, que ce n’est pas méchant mais à force c’est chiant cela n’est absolument plus drôle. Aujourd’hui une goutte supplémentaire a fait déborder la coupe et est la cause de l’écriture de ce billet.

Alors bien sûr au fil du temps les arguments ont évolué.

Au départ j’apprenais, donc j’avais une machine de débutant mais il me faudrait changer si je voulais progresser. Car un Align à la limite pour apprendre le statio c’est faisable mais ensuite nada… 😉

Puis l’on m’a parlé de robustesse, de résilience aux crashs.

Et puis j’ai volé beaucoup, progressé un peu et de moins en moins de gars se sont retrouvés avec une technique nettement supérieure à la mienne. D’ailleurs c’est étrange mais ces mecs à gros skill n’ont jamais chambré mes hélicos. D’autant plus amusant que ce sont les seuls gars que j’aurais tendance à écouter si comme moi ils achètent encore leurs machines.

Après j’ai eu l’attaque au niveau des décibels. Je pilotais une tondeuse à gazon déguisée en Dacia.

Et oui, un torque tube qu’il soit de chez Align, ou de chez Maseratti (ils ne font pas d’hélicos chez Maseratti ? ;)), cela fait plus de bruit qu’une courroie. Mais un TT c’est surtout une fiabilité à 100%, aucun entretient et un rendement optimal.

Ouf, cela m’a fait du bien d’écrire ce petit mot, je suis retombé en pression. 🙂

Maintenant je vais faire simple : quand on chambrera à nouveau la marque de mes hélicos, je ferme ma gueule, je ne rechambre pas par dessus et je vais voler. De toute manière c’est comme cela que je m’exprime le mieux. 😉

A bon entendeur…